Posts Tagged "Nicolas Sarkozy"

Sarkozy: pourquoi tant de détails morbides ?

Ecrit par le 30 août 2007 dans Politique | Aucun commentaire

Feu Arrêt sur Images avait fait une étude sur le discours de Jean-Marie Le Pen, dans lequel les journalistes relevaient l’extrême violence de ses propos dans lesquels on pouvait entendre des détails ignobles sur des crimes commis par des étrangers* sur des français*, violence verbale quasi insoutenable, qui était analysée je ne sais plus trop comment (je n’ai pas tout retenu et je ne retrouve pas la vidéo), mais manifestement, ça faisait partie du style Le Pen.

Or, je cherchais ce soir le discours de Sarko à l’université du MEDEF (je trouve qu’ils sont long à mettre en ligne, surtout avec 80 blogueurs sur place !), et je suis tombé, sur le site de l’Elysée, sur une allocution de notre cher président lors de son déplacement dans les Pyrénées Atlantiques et en Gironde.

Ecoutez plutôt:

Je suis assez choqué par ces propos. Oui, je sais que les crimes commis ont été abominables, mais est-il nécessaire de mettre tant de détails dans les propos ?

Est-ce pour justifier la connaissance du dossier ?
On me souffle aussi le mot démagogie ?

J’avoue avoir du mal à comprendre… si vous avez des idées…

*les termes étrangers et français sont à replacer dans le contexte d’un discours de Jean-Marie Le Pen. Je ne cautionne aucunement ce type de vocabulaire.

[ERRATUM]: Juste parce que je cherchais le discours de Sarko avant même qu’il l’ait prononcé… désolé d’avoir titillé les invités du MEDEF. Mais ce qui m’a enduit dans l’erreur, c’est que j’ai lu des réactions à ce discours (surement disponible dans les milieux autorisés) déjà hier…

Lire la suite

Comment sortir Bayrou en deux étapes récurrentes ?

Ecrit par le 5 avr 2007 dans Politique | 1 commentaire

Chacun des candidats s’en prend plein la figure aux Guignols de l’info, qui se délectent en cette période d’élection présidentielle.

Nous avons:

  • Sarkozy qui n’en peut plus du bilan de Chirac (et ce dernier qui chante toujours « Sarkozy, sarkozy, sarkozyyyyy »)
  • Royal qui promeut le coq, la moustache, saucisson, et le drapeau français…
  • Et Bayrou, dans toute sa splendeur… Le jeune ado à qui il pousse le premier poil de barbe…

Mais ce soir, en plus d’être drôle, c’était plutôt intéressant: ils y « analysent » les récents échanges de noms d’oiseaux entre Ségolène et Nicolas comme une manière de dégager Bayrou du débat politique. Alors le mot débat est certe très fort quand on parle d’ignoble, de menteur, de côté des fraudeurs, etc… Mais n’empêche qu’au final, on ne parle que d’eux, et plus des autres… et donc plus de Bayrou non plus…

Malgré la bassesse des manières, c’est plutôt bien pensé je trouve !

Pour les adeptes du GWBasic et autres geeks old fashion:

10 SEGO INSULTE SARKO
20 SARKO INSULTE SEGO
30 GOTO 10

Par contre, je pense que ça ne marchera sûrement qu’un temps… mais le but n’est il pas pour eux qu’ils soient l’un contre l’autre au second tour ?

Vous pensez qu’ils se sont mis d’accord avant ? ou ils y ont pensé en même temps ?

Allez, pour le fun, le sketche des Guignols !

Lire la suite

Les obstacles au François

Ecrit par le 15 fév 2007 dans Politique | 4 commentaires

laBlonde se mettant aussi à la politique, poussant même le vice à s’entarter s’encarter, je vous invite à lire sa première production sur le sujet, où elle met en avant le candidat qui fait battre son coeur (Monsieur B.).

Son analyse est intéressante, mais je me permettrai d’y opposer quelques arguments, pour faire avancer le débat. Ceci étant dit, je ne suis pas devin, et mes propos n’ont pas vocation à être parole d’Evangile.

La vision de l’UDF

« Ne sont comprises que les choses clairement dites » , dit l’adage, et par extension, l’on pourrait dire « Ne sont choisies que les personnes clairement identifiées ». C’est à mon sens l’un des gros handicaps de l’UDF: il y a quelques années, avec Giscard notamment, l’UDF était porteur de valeurs quasi exclusives, en ce qui concerne l’Europe par exemple, ou une vision plus humaniste de la société.

Or aujourd’hui, ces valeurs ont été récupérées intégrées par les deux grands partis politiques français, et ne peuvent pas/plus être revendiquées par le parti de François Bayrou.

Pour ce l’on en sait, en dehors d’un ni-ni (ni Ségo / ni Sarko), François Bayrou, malgré ses nombreuses propositions peu médiatisées, ne semble pas porteur d’une certaine vision originale de la France.

La sixième république est chère à M.Montebourg, l’ouverture est clairement promue par Nicolas Sarkozy, et la parité fait son bonhomme de chemin à peu près partout, de même que la volonté de supprimer les retours d’ascenseurs, pour ne citer que les exemples relevés par laBlonde.

Les omnipotents

Alors les mauvaises langues diront que les idées précédemment citées sont reprises, et que celui qui les a eu en premier se prénomme François, et a une mémé à Bagnères de Bigorre.

Néanmoins, c’est un fait, d’autres les avancent aussi, et ces autres sont en l’occurrence les deux grands candidats archi-médiatisés.

D’ailleurs, une petite anecdote à ce sujet, pour répondre à celles et ceux qui s’élèvent contre cette omniprésence: voici un élément de la réponse, par Jean-François Achilli, journaliste à France Inter, invité à l’émission Arrêt sur Images.

Deux grandes questions donc:

  • Les Français sont-ils schizophrènes ?
  • Les médias doivent-ils suivre l’audimat quand il est question de politique et de pouvoir, où se doivent-ils de garder une part d’originalité ?

Ce sont peut-être des sujets de futurs billets :-)

Pour revenir à nos moutons, le battage médiatique pré-campagne officielle risque certainement de desservir le centre, à moins qu’un raz-le-bol général ramène les suffrages vers lui.

Les restes d’un traumatisme

C’est je pense le point le plus difficile qu’aura à combattre François Bayrou.

Vous vous rappelez sûrement toute la médiatisation (même extra-nationale) de la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002, et plus d’un prédit que dans le secret de l’isoloir, ce traumatisme renverra les voix vers les candidats des partis classiques, à savoir le Parti Socialiste et l’UMP, chacun se sentant responsable, d’une possible présence de l’extrême-droite le 22 avril au soir.

Il y a de toute manière fort à parier que les médias, et Sarkozy et Royal à leur tête, utiliseront massivement cet argument vers la fin de la campagne.

Un gouvernement d’union nationale

J’ai évoqué plus haut l’idée que la notion de gouvernement d’union nationale commençait à être reprise par Nicolas Sarkozy (même faiblement, et dans d’autres termes), mais il me semble (et encore une fois, je réclame le droit à l’erreur !) que les Français ne sont pas prêt à cela. Je m’explique.

La société est assez divisée, caricaturalement entre la gauche et la droite, et j’en veux pour preuve la recrudescence d’adhésions aux partis de Sarkozy et de Royal. Ainsi, je ne suis pas sûr que les Français se retrouvent dans un gouvernement rassemblant toutes les tendances, quand bien même s’il serait en théorie plus représentatif de la population française, et d’autant plus si les personnalités qu’il comprend sont d’illustres inconnus (car il est plus qu’improbable que Nicolas et Ségolène acceptent de siéger dans un même gouvernement, comme la plupart des éléphants ou autres mastodontes politiques d’ailleurs).

Ceci étant dit…

Il est vrai que François Bayrou a l’expérience, la carrure, et une certaine crédibilité, mais qu’ont tout autant ou presque ses principaux concurrents.

Je ne me prononcerais donc pas aujourd’hui pour ou contre tel ou tel candidat, et je demande à voir la suite des évènements !

Affaire à suivre ;-)

Lire la suite

De la récupération des blogueurs par le politique

Ecrit par le 30 déc 2006 dans Politique | 3 commentaires

Une phrase de Loïc Lemeur, lors de son interview à « La Matinale » sur Canal+ m’a fait quasi bondir…

Question: « Est-ce que vous n’êtes pas un peu récupéré par Sarkozy ? »

Réponse: « Mais non ! Enfin, est-ce que j’ai l’air d’être récupéré ? »

Outre la réponse de Normand (ou de jésuite, c’est selon ! ), la question vaut la peine d’être posée !

La question ici n’est pas de savoir si je suis pour ou contre Loïc Lemeur (toute personnalité ayant de toute façon ses détracteurs), d’une part parce que ça n’a que peu d’intérêt, et d’autre part, parce que ça ne fait pas avancer le schmilblick.
Ce billet n’a pas non plus pour propos de me positionner en faveur ou en défaveur de tel ou tel candidat ou parti politique (en l’occurence Nicolas Sarkozy et l’UMP).

Depuis l’annonce de son intention de vote pour l’élection présidentielle de 2007, Loïc Lemeur fait des émules, et bon nombre de blogueurs se sont élevés contre une certaine politisation du blog le plus lu de France.
Personnellement, je trouve ça plutôt positif comme annonce, et cohérent avec la démarche du blog: « Je dis ce que je pense ». Loïc votera donc Sarko (et il ne sera pas le seul ;-)).

Dès lors, on le voit beaucoup dans tout ce qui touche de près ou de loin à l’UMP, et dernièrement aux « Forums de l’Union« , sorte de grand-messe démocratico-médiatique entre candidat officiellement annoncé et auto-intronisé, et grands pontes laissant plus ou moins planer le doute sur leurs aspirations à la présidence de la république française.

Loïc y tenait le rôle du « Monsieur Internet », relayant, après sélection, les meilleures questions des internautes.

En voici quelques morceaux choisis de sa performance (dernier Forum de l’Union, à Bordeaux, 21/12/2006):

Outre le côté « Je parle djeunz et in, en foutant du podcast à toutes les sauces pour une pauvre vidéo prise par webcam, envoyée par le net, et lue en local par QuickTime » qui m’exaspère au plus au point, j’ai personnellement trouvé que notre Loïc national passait plutôt pour un guignol inutile qu’autre chose: sourire Colgate de circonstance, questions relativement mal choisies (à mon sens) et (assez souvent) hors du propos en cours, ou rabaissant carrément le débat.

Lorsqu’on répète que l’on reçoit des milliers de questions lors de chaque forum, je suppose qu’il en existe de plus existencielles, et sur lesquelles on aimerait entendre de futurs candidats à la présidentielle se positionner, que « Pourquoi c’est moi qui paye le sac plastique chez Leclerc ? »

Le travail demandé a donc été, si je comprend bien, de lire les questions posées sur un site internet/forum/blog (c’est in, comme toujours !), de sélectionner les meilleures (sic !), et de les transmettre aux intervenants.
Sauf erreur de ma part, il ne me semble pas qu’être le blogueur le plus lu de France apporte une quelconque compétence supplémentaire pour cette tâche, et manifestement, d’autres personnes auraient tout aussi bien (voire mieux !) réussi dans ce rôle.

Il aura j’espère compris que la politique répond à des règles et principes plutôt précis, et que les personnes en place n’aiment pas qu’on leur pique leur rôle ! (Vous noterez en fin de vidéo le: « C’est moi qui donne la parole, toi, tu poses les questions »
plutôt sec de l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin, rappelant à l’ordre Loïc qui avait pris un peu trop d’initiatives personnelles, attribuant lui-même la parole à Nicolas Sarkozy).

D’où la question qui revient: « Pourquoi lui ?« , si ce n’est justement pour utiliser son image, et donc, d’une certaine manière la récupérer ?

Si j’essaye donc de lire entre les lignes de la réponse à la question qui nous a amené ici: « Mais non ! Enfin, est-ce que j’ai l’air d’être récupéré ? »

Moi je vote: « Il bluffe ! » ;-)

 

Lire la suite