Les pseudos, ces choses bizarres faisant partie intégrante de l’ADN d’Internet. Des « noms d’utilisateurs » garantissant un certain anonymat derrière lequel se cachent bien trop de monde.

arsène-lupin

Ca ne nous rajeunit pas, hein ! :)

Ca ne nous rajeunit pas, hein ! 🙂

Nombreux sont – parmi nos politiques ou les publicitaires – ceux qui aimeraient qu’il en soit autrement : un Internet où tout le monde est identifié par un nom et prénom (et bien plus que cela), plus de fraude possible, mais un flicage généralisé à bout de souris doigt, et toujours plus de publicité.

Vous me direz, Google, Facebook & co y travaillent ardemment, mais c’est un autre sujet.

Bref, un soir des années 90, une de mes premières fois sur Internet – au club Informatique nocturne du collège Jean Moulin de Caudry (collège dans lequel je n’étudiais pas)…
Après une longue séquence de connexion avec un modem qui fait un bruit que les moins de 20 ans n’ont jamais entendu, et dont le débit était inférieur à 56k,

Ce modem, pour la petite histoire était partagé entre 4 postes, pour bien plus de candidats à l’accès à ce qu’on appel aujourd’hui le « Digital » , il fallait donc arriver tôt et jouer des coudes pour glaner quelques octets de connexion…

Pour la nostalgie ou les trop jeunes, voici le bon vieux bruit :

Ca ne nous rajeunit pas, hein ! :)

Ca ne nous rajeunit pas, hein ! 🙂

Je me suis donc retrouvé devant le formulaire de création de compte mail d’une société que bon nombre d’entre vous ont du oublier : Caramail. (ça s’appelle GMX.fr pour les gamins d’aujourd’hui).

Et c’est dans ce court instant – quelques secondes tout au plus – qu’il m’a fallu remplir cette case avec le pseudo « cedsib » qui me suit depuis lors.

Vous savez désormais de quand ça vient, reste à comprendre de , si tant est que vous me lisiez encore et que cela vous intéresse (ce qui ne doit plus faire grand monde).

2 parties à « cedsib ».

  1. ced : je crois que vous me suivez
  2. sib : là réside tout le mystère 😉

« sib » est le raccourci de « Sibirac » [vous ne raccrochez toujours pas les vagons !], un anagramme trouvé par mon grand père, et donné dans la dédicace d’un livre offert après que j’aie dévoré sa collection d’Arsène Lupin en classe de 6ème, pour faire un lien avec le héros de Maurice Leblanc qui abusait des anagrammes lors de ses aventures.

Ainsi, face à cette case blanche, et pendant un court instant, j’ai eu l’idée saugrenue de lier « Cédric » et « Sibirac ». Et ça me suit depuis plus de 20 ans 🙂

By the way, si vous googlez “Comte de Sibirac”, vous ne trouverez pas grand chose si ce n’est une question “urgente” du 13 septembre 2001, dont je n’a plus guère de souvenir, ni même pourquoi ce fut si urgent !