L’évolution de ScoutWiki en chiffres

Darzee, un contributeur et administrateur de WikiRoca, l’encyclopédie hispanophone vient de publier une analyse statistique intéressante sur les articles des différentes encyclopédies du réseau ScoutWiki.

ScoutWiki stats

EspagnolFrançaisAnglais

Au delà du fait que Scoutopedia caracole en tête du réseau, cela montre que la plupart des encyclopédies progressent aussi.

Ces stats ne prennent par contre pas en compte deux notions, je me permets donc de compléter aussi :

  • L’audience des sites, et l’audience générale du réseau, qui tourne en moyenne à 3500 visites / jour (source: Google Analytics) ;
  • Le nombre d’images et de médias, notamment sur ScoutMedia, la plateforme centralisée de partage de médias scouts, qui compte à lui-seul plus de 2600 images scoutes, plus toutes celles hébergés sur les wikis individuels. Mon petit doigt me dit que ces 2600 devraient vite progresser… A suivre 🙂
Lire la suite

[Citation] Suart Chase

For those who believe no proof is necessary,
For those who don’t believe, no proof is possible.

En français dans le texte:

Pour les croyants, aucune preuve n’est nécessaire,
Pour les incroyants, aucune preuve n’est possible.

Stuart Chase, économiste et ingénieur américain, auteur du concept du New Deal.

Peut-être que l’approche par la preuve n’est pas la bonne ?
Très certainement d’ailleurs … Encore que cela dépende du contexte…

Lire la suite

Une très grande dame s’en est allée

Ce matin, aux alentours de 8h, Marthe André Tiberghien nous a quitté à l’âge de 97 ans. Rares sont les billets personnels sur ce blog, mais bien qu’elle vous soit très certainement inconnue, je ne doute pas que vous eussiez pris un réel plaisir à la rencontrer et que le plaisir eut été partagé.

(suite…)

Lire la suite

Mesdemoiselles, que vous êtes belles !

Aux inconnues croisées le matin dans le métro, au détour d’une rue, par hasard dans un couloir, ce billet vous est dédié.

Vous qui passez quotidiennement tant de temps à travailler votre visage, vos yeux, vos cils, vos sourcils, vos paupières pour les rendre respectivement plus lisse, plus en valeur, plus longs, plus arqués, plus soulignées, plus pulpeuses ;
Vous qui ne pouvez pas vivre sans ajuster si souvent ce dessin de vous que vous croyez être vous ;
Vous qui n’êtes plus vous sans ;

Sachez, et peut-être ne vous le dit-on pas assez, que vous êtes tout aussi belles au naturel, peut-être même plus !
Essayez donc le temps d’une journée de retirer ce masque trop souvent inexpressif qui nous cache votre visage.
Mesdemoiselles, que vous êtes belles, mais vous le seriez bien plus encore – au moins de mon point de vue – si vous otiez ce fart superflux et optiez parfois pour un peu plus de naturel. A défaut vous gagneriez assurément du temps 😉

Que l’on ne se méprenne pas, ce billet n’est pas une ode contre le maquillage, juste un clin d’oeil sympathique et affectueux à la gente féminine, tout en étant conscient que cet avis n’est peut-être pas l’avis de tous, mais je l’assume 🙂

Lire la suite

Changement d’heure passé quasi inaperçu

Sentiment étrange hier…

On a changé d’heure, les journaux papiers et télévisés nous l’ont suffisamment rappelé…

Le problème est que je ne m’en suis absolument pas rendu compte…

Mon blackberry s’est mis à l’heure tout seul, tout comme mon PC et ma Freebox. Vive la technologie… quoi que…

Ce qui me pose question, c’est que j’ai adapté mon comportement à ce changement d’horaire, avec certes le léger sentiment d’avoir bien dormi tout en ne me levant pas très tard pour un dimanche, mais sans un réveil toujours pas connecté au Réseau des réseaux, j’eu commencé ma nouvelle semaine sans m’apercevoir de cette heure en plus…

De là à dire qu’une fois que nous serons tous connectés, nous serons tous commandables à souhaits, il n’y a qu’un pas… que je ne franchirai pas… encore…

Source de l’image: Flickr
Lire la suite

Conjola Sync : synchroniser les contacts Gmail et Blackberry

Dans la longue quête de synchronisation des informations, pour les rendre cohérentes et exploitables quel que soit l’endroit (déjà évoquée ici d’ailleurs), il me manquait le Graal.

Un demi Graal en fait, car la synchronisation ultime semble être à portée de main grâce à Android. Cependant, je n’ai “que” un Blackberry, et me contenterai donc de mon demi Graal !

Bref, à aujourd’hui:

  • mes calendriers Google sont synchronisés grâce à Google Sync for Blackberry;
  • mes tâches sont synchronisables grâce à RememberTheMilk (mais en fait, j’utilise assez peu les tâches, vu que c’est un service externe à Google, et donc nécessitant un autre login…)
  • mais mes contacts, impossible de les récupérer de partout…

Bref, c’était frustrant.

Il y a bien quelques solutions, via Funambol, mais ça oblige à passer par un service externe, et ce n’est pas si pratique que ça.

Mais je suis tombé hier sur LE Graal.

Plus précisément, sur le demi-graal cité plus haut, actuellement en version beta 0.23 !

Cet outil, développé en OpenSource et mis à disposition via le forum CrackBerry permet très simplement de synchroniser à la demande et OTA (On The Air, donc sans connexion USB), en Wifi ou en GPRS / EDGE dans les deux sens (Gmail vers Blackberry et inversement) l’ensemble de vos contacts.

Quelques précautions à prendre et petites choses à savoir

Fonctionnement de Conjola Sync

Voici les règles de gestion de Conjola Sync. Ca devrait vous aider à mieux comprendre son fonctionnement.

  • Le logiciel synchronise pour l’instant (sans possibilité de choix) tous les contacts, même ceux qui sont dans les Contacts suggérés.

    Il est possible de changer ce comportement en choisissant “Filter suggested” à “No” dans les options.

  • Contact créé sur Blackberry avant la première synchro, le contact devrait être copié sur Gmail ;
  • Contact créé sur Gmail avant la première synchro, le contact devrait être copié sur le Blackberry ;
  • Contacts créés avec le même nom sur le Blackberry et sur Gmail avant la première synchro, les contacts devraient être fusionnés à la fois sur le Blackberry et sur Gmail ;
  • Changements pour des contacts déjà synchronisés sur Gmail et le Blackberry, les contacts devraient être mis à jour en fonction de l’option “In case of conflict” ;
  • Changements sur le Blackberry pour un contact déjà synchronisé, le contact devrait être mis à jour sur Gmail ;
  • Changements sur Gmail pour un contact déjà synchronisé, le contact devrait être mis à jour sur le Blackberry ;
  • Suppression sur le Blackberry d’un contact déjà synchronisé, le contact devrait être supprimé sur Gmail ;
  • Suppression sur Gmail d’un contact déjà synchronisé, le contact devrait être supprimé sur le Blackberry ;
  • Suppression sur le Blackberry d’un contact déjà synchronisé et modifié sur Gmail, le contact devrait être supprimé sur Gmail ;
  • Suppression sur Gmail d’un contact déjà synchronisé et modifié sur le Blackberry, le contact devrait être supprimé sur le Blackberry ;

Déboggage

Etant en beta et en OpenSource, le développeur a besoin de vos retours en cas d’erreur. Pour ce faire:

Le développeur indique qu’une version pour Google Apps sera proposé un jour, mais a priori en version payante.

Lire la suite

Wikipedia est dans les choux

A l’heure où j’écris ces lignes (11h35), j’enchaine les TimeOut sur Wikipedia (FR ou EN d’ailleurs).

Arrrgghhhh, comment je me cultive ? !

Comme quoi, ça arrive même aux plus grands 😉 La faute au passage sous Ubuntu Server Edition ? 😉

[EDIT] 11h38 : C’est revenu. Rapide les techos de la Wikimedia Fondation.

Lire la suite

Acer Aspire One … ou pas !

Comme je dois changer de PC prochainement, j’envisageais d’acquérir un Acer Aspire One. Ce netbook (terme désormais consacré) ressemble pas mal à l’eeePC, avec un écran un poil plus grand et des performances bien plus importantes.

L’idée était de l’utiliser comme PC mobile, sous Ubuntu, en lui rajoutant 1Go de RAM, et de lui brancher pour mes usages fixes un écran 22″ ou 24″.

La question était cependant de savoir s’il pourrait gérer un écran de cette taille avec une résolution suffisante.

J’ai eu la chance de pouvoir tester un Aspire One sous Ubuntu avec 1,5
Go de RAM grâce à Guillaume qui me l’a gentillement prêté. Merci à lui 🙂

Et bien la réponse est assez simple: non: il n’y a rien à tirer au dessus de 1280px de large.

Les résolutions sont affichées, mais l’affichage n’est pas optimal pour
un sou (une partie de l’écran reste noir), et la machine n’a pas l’air
d’apprécier que j’essaie de lui faire afficher autant de pixels. Vous
me direz, avec 8Mo de mémoire vidéo, on peut la comprendre !

De plus, un autre problème presque plus grave selon moi: le disque dur (SSD – version Samsung, donc en théorie la plus rapide des différents modèles montés sur l’Aspire A1) est particulièrement lent. Je n’ai pas mesuré le débit, mais très régulièrement, j’ai du attendre… attendre… attendre… (et c’est pas le processeur: il ne montait pas en charge).

Bref, pour des questions de résolution d’écran et de rapidité de disque dur, l’Acer Aspire One n’est pas retenu dans les candidats au poste de futur PC ^^.

Peut-être le MSI Wind U100, à peine plus cher mais sympa aussi (et avec un vrai disque dur, donc de plus grande capacité et à 5400 tr/mn, il sera forcément plus rapide) … ou un autre: il y en a un paquet dont la sortie est annoncée entre septembre et octobre. Attendons donc 🙂

Lire la suite

Arrêtons de tolérer, apprenons à respecter


Source de l’image: Cox & Forkum

Ce qui peut sembler à première vue être une bête question de vocabulaire est en fait bien plus que cela.

Ces deux mots (respect et tolérance pour ceux qui n’auraient pas suivi !) sont utilisés à tort et à travers, souvent bien plus par effet de style ou pour éviter une lourde répétition, sans en comprendre le sens profond.

Loin de moi l’idée de vous emmener dans une étude linguistique de ces termes (j’en serais bien incapable !), ni même de faire de la philo de supermarché, mais je pense qu’il est important de prendre conscience de ce que l’on dit, et des sens, selon moi presque opposés, qu’ont ces mots.

La rédaction de ce billet est lié, pour la petite histoire, à l’utilisation abusive du mot “tolérance” que je vois de plus en plus dans les textes et communiqués du scoutisme (que ça soit au niveau national comme mondial d’ailleurs) et tous ces contresens me sortent par les trous de nez.

Selon moi toujours (mais je pense que cet avis est appuyable par de nombreux textes de fondateurs), le scoutisme est une profonde école de respect et de paix, mais sûrement pas de tolérance.

La tolérance ou l’ignorance de l’autre

Cette fameuse tolérance tant souhaitée dans notre quotidien cache en fait un visage fort peu jovial.

Essayons de réfléchir sur l’emploi de ce terme.

Tolérer…

Tolérer quelqu’un…

Tolérer la présence de quelqu’un…

Dans cette expression, le « quelqu’un » est présent, n’entre pas en relation avec moi, mais pire encore, ne doit surtout pas me déranger. Cela va même au delà du simple: “Faites comme si je n’étais pas là”.

Tolérer quelqu’un, c’est être malgré tout conscient de la gêne que sa présence occasionne, faire contre mauvaise fortune bon coeur et le supporter tant bien que mal.

Certes, il n’y a dans cet esprit aucune violence de quelque sorte que soit, et l’on peut à défaut de mieux s’en réjouir.

Mais cette attitude implique de considérer l’autre comme une gêne, gêne que dans un élan de civisme, nous laissons exister.

Quel bonheur ! Quelle joie ! À ce régime-là, je préfère encore vivre en ermite. Au moins je suis certain que la présence des autres ne me gênera pas.

Alors face à cette attitude finalement méprisante, un autre mot s’offre à nous.

Le respect, ou le risque de l’autre

Tout comme la tolérance, le respect implique un choix. Un choix d’autant plus certain que l’attitude est bien plus engageante et contraignante qu’une simple ignorance de l’autre.

En effet, respecter l’autre implique une démarche pro-active (contrairement à la passivité de la tolérance). Je m’explique.

On ne peut respecter l’autre sans prendre le temps de le connaître.

On ne peut respecter l’autre sans au moins essayer de le comprendre.

Rien que ces deux démarches coûtent et engagent. Elles demandent à la fois de passer du temps, mais en même temps de se rendre proche. Ce qui vaut d’ailleurs pour une personne vaut tout aussi bien pour une idée: comment respecter une opinion sans avoir pris le temps de l’écouter et de la considérer a priori comme valable (ce qui n’oblige aucunement à être d’accord a posteriori) ?

Cependant, le respect s’il est plus coûteux est aussi bien plus constructif. Il permet d’apprendre et de progresser, ce qu’il est impossible de faire en ignorant l’autre (idée, personne, événement…).

Il est aussi source de conflit, au sens où se frotter à l’autre n’est pas forcément tout rose. Il est donc plus risqué.

Mais au final, même d’un point de vue égoïste: où a-ton le plus à y gagner ?

Tout ça pour dire, et j’espère que vous l’aurez compris, que le respect et la tolérance sont deux choses radicalement différentes, et qu’il m’importe (en espérant qu’il vous importe aussi) que ces mots soient utilisés à bon escients, et en en comprenant leur sens réel.

Vous comprendrez aussi que le prochain qui me parle de tolérance risque fort respectueusement de passer un sale quart d’heure 😉 (rappelez vous: le respect n’empêche pas le conflit)

 

Lire la suite